Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue ici même

Je ne parle que par images... Il faut chercher le fil d'Ariane. Humm oui, le retrouver, ce n'est pas gagné. Mais enfin, bonne route ! S'il en est ... 

     

Recherche Par Mot Clef

Codes et Décodages

Archives

Autres pistes

IMAGES ALEATOIRES. LES THEMATIQUES DU LABYRINTHE...

Visages mythiques et têtes de morts... Passage initiatique... Femmes fatales et vilains messieurs... Textes sacrés et chants profanes...

Lègendes vivantes et moribondes... Icones passées, présentes, à venir... Mirages... Eden céleste et stars terrestres... Mythes et codes...

Cycles de vie et de mort... Schizophrènes et déesses reptiliennes... Soleils noirs... Envers des décors... Déluges... Irruptions... Feux, fièvres et sang... Jardins de Chine... Faunes humaines... Mondes engloutis... Energies fossiles et âmes fossilisées... Oeuvres divines et mortelles...




Pages

24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 16:18
Aujourd'hui, un petit détour ou un petit retour sur le fond du labyrinthe...
En somme, quelques nouvelles clés pour circuler dans ces dédales.

Il n'y a jamais qu'un seul labyrinthe. L'enchevètrement et la multiplicité lui sont propres. Qu'il s'agisse de la structure de nos pensées, des mécanismes relationnels, des rouages sociétaux ou du tissus organique de la Nature elle-même, tout est labyrinthe. Qu'on le veuille ou non, on en possède souvent toute une collection... Il ne faut pas confondre (parait-il) un labyrinthe avec un dédale : l'un ayant son unité en lui-même et l'autre produisant une multitude de nouveaux systèmes selon un schéma non linéaire...  Il suffit ici de conjuguer labyrinthe au pluriel et de les imbriquer les uns dans les autres pour effacer cette distinction. Je ne crois pas à l'unicité du labyrinthe... Cela reviendrait à croire à un code unique pour dialoguer, sans prendre en compte les perpétuelles interprétations qui en résultent et qui s'y substituent...
Mais lorsqu'on parvient à comprendre la mécanique du moindre de ces systèmes, il n'est pas impossible de transposer cette heureuse trouvaille à une infinité de machineries qui semblaient hors d'atteinte. C'est pourquoi, il est essentiel de trouver notre labyrinthe, celui qui nous est le plus familier, non pas pour s'y enfermer, mais pour le parcourir jusqu'à l'issue ultime, en passant par ses plus petits recoins, sans rien omettre. C'est alors que du même coup, bien d'autres choses se délient... C'est du moins le postulat que j'ai posé en attendant de sortir d'ici.

Partager cet article
Repost0

commentaires