Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue ici même

Je ne parle que par images... Il faut chercher le fil d'Ariane. Humm oui, le retrouver, ce n'est pas gagné. Mais enfin, bonne route ! S'il en est ... 

     

Recherche Par Mot Clef

Codes et Décodages

Archives

Autres pistes

IMAGES ALEATOIRES. LES THEMATIQUES DU LABYRINTHE...

Visages mythiques et têtes de morts... Passage initiatique... Femmes fatales et vilains messieurs... Textes sacrés et chants profanes...

Lègendes vivantes et moribondes... Icones passées, présentes, à venir... Mirages... Eden céleste et stars terrestres... Mythes et codes...

Cycles de vie et de mort... Schizophrènes et déesses reptiliennes... Soleils noirs... Envers des décors... Déluges... Irruptions... Feux, fièvres et sang... Jardins de Chine... Faunes humaines... Mondes engloutis... Energies fossiles et âmes fossilisées... Oeuvres divines et mortelles...




Pages

11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 18:25

La gorgone, dans sa première acception, s'inscrit dans la descendance des divinités primordiales du panthéon grec. Dans la lignée de Pontos, c'est à dire : la mer noire...
Au nombre de trois, les gorgones sont des créatures reptiliennes aux chevelures serpentines, immortelles (sauf une !), et ont pour particularité de transformer en statues tous ceux qui croisent leur regard. Ceci est la première définition. Le premier type, en somme. Mais il faut raconter la légende. 
Parmi les trois gorgones, seule Méduse est mortelle. Celle ci se fit trancher la tête par Persée, un jeune héros qui en profita pour délivrer Andromède d'un monstre qui voulait l'avaler. Au commencement, un roi voulant éloigner le jeune Persée du royaume, l'envoya un beau matin dans le domaine des  ombres  avec pour mission d'en rapporter la tête de ladite Méduse. Certes, il n'était pas prévu que le jeune homme survive à ce défi... Mais la déesse Athena prit notre jeune héros sous son aile. Elle lui fournît un casque et un bouclier magiques, et lui expliqua comment s'y prendre avec la créature sans se faire pétrifier. D'une part, le casque rendait invisible (c'est déjà fort pratique). D'autre part, le bouclier devait servir de miroir. Ainsi le jeune homme ne regarda jamais vraiment la Méduse mais seulement son image à travers le bouclier, avançant discrètement sous son casque sans être vu par les deux autres. Voilà comment se fit la "décapitation". Notons aussi que, même morte, les yeux de la gorgone conservèrent leur pouvoir, et que Persée s'en servit contre nombre d'ennemis, sortant toujours fort à propos la tête coupée d'un sac.

Maintenant, abordons la gorgone dans son acception psychanalytique. Une autre version du mythe fait état de l'extrême beauté des trois gorgones. Dans ce cas, il serait question de jeunes filles si narcissiques, si fières de leurs beaux cheveux, qu'un dieu les aurait punies en y mettant des serpents, et en transformant en pierres chacun de leurs admirateurs. Cette seconde acception existe d'ailleurs en germe dans la première. Il s'agit là de jeux de regards et de reflets qui se heurtent au mur de l'orgueil. Enfin, un truc dans ce goût là... On trouve d'ailleurs certaines images très plantureuses de la gorgone, ou autre femme serpent. De somptueux corps féminins se terminant en queues de reptile... quoiqu'il y ait confusion avec d'autres divinités, fort anciennes, elles aussi...
Klimt a représenté les gorgones dans un tableau où la Mort, la Démence et la Maladie figurent à l'arrière plan. Humm...

Mais abordons enfin la gorgone du troisième type. C'est à dire : le pur processus de pétrification. Ici, point de serpents. Et là, c'est la gorgone qui est invisible. Elle s'introduit on ne sait comment dans les échanges entre les êtres. Chacun croit regarder l'autre, celui d'en face, mais elle se trouve entre les deux, dans chaque rapport, chaque relation, chaque transmission. Et dès que le regard se porte vers elle, même par inadvertance, elle pétrifie les deux partis. C'est ainsi. Elle fige et crée des murs. Elle collectionne les statues. Et elle en a beaucoup, beaucoup, beaucoup...
 N'est il pas étrange qu'on ait si peu étudié le mythe de la gorgone ? On connait celui de Prométhée, d'Oedipe, de Narcisse... On connait le rôle qu'ils jouent dans nos rapports avec l'histoire, le destin, le progrès, le psychisme... Et rien sur la gorgone qui est pourtant partout ? Celle à laquelle je fais allusion, comme la plus insidieuse des monnaies d'échange... Celle qui échange la chair contre la pierre, et enferme l'esprit dans le marbre. Elle n'est jamais très loin.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> <br /> Merci :) oui c'est beaucoup plus clair, la peur de l'autre, je viens de commander justement un bouquin de<br /> Jean Pierre Vernant sur le mythe de la Gorgone, "La Mort dans les yeux".<br /> <br /> <br /> J'adore ce mythe , il me parle beaucoup et dernièrement j'ai pris conscience d'un quatrième type de<br /> Gorgone, celle qui est a l'intérieur de nous, celle qui fait que notre attitude peut faire peur a l'autre de par notre regard insistant, obsédant, trop insistant...notamment déclencher par la<br /> peur que ressent l'autre par le fait de la peur de nos propres désirs, tout un jeu de reflet et de miroir...qui fige la relation à l'autre, (hum pas sur d'être très clair non plus lol)<br /> <br /> <br /> A bientôt et merci               <br /> <br /> <br /> Solo<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Une gorgone du quatrième type ? oui, c'est bien possible...<br /> <br /> <br /> Je crois que Vernant donne à la gorgone une signification de "limites", d'un monde à un autre ou d'un état à un autre (naissance/mort, enfance/maturité, conservation/transformation, etc) mais je<br /> ne l'ai pas lu dans "la mort dans les yeux" (j'ai dû voir ça dans un article, plutôt)... Ca ressemblait à la peur de l'inconnu en général plutôt que celle d'une altérité parcticulière;<br /> d'où l'image impossible à saisir d"une gorgone innommable ou indicible...<br /> <br /> <br /> Mais bon, je suis loin d'être une spécialiste en la matière. En tout cas, bonne lecture; ça promet d'être passionnant.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas sasie ce que vous avez voulu dire au sujet de la Gorgone du troisième type, pouvez vous m'expliqer?<br /> <br /> <br /> merci<br /> <br /> <br /> Solo<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> La gorgone du troisième type, hum.... Il est vrai que je ne suis pas toujours claire.<br /> <br /> <br /> Dans ce cas la gorgone est un symbole. Elle dresse des murs de pierre entre les êtres, et elle les force à fonctionner par projections interposées. C'est le symbole des clivages, des<br /> préjugés, des idées préconçues, des images stéréotypées, des amalgames : tout ce qui empêche de voir et de comprendre la "vraie personne", ou tout ce qui fige quelqu'un dans un rôle artificiel...<br /> <br /> <br /> J'espère que la réponse sera satisfaisante :)<br /> <br /> <br /> <br />
D
En effet, c'est étrange... Même dans le manuel de zoologie fantastique de Borges et Guerrero, elle n'y est pas cette Gorgone. Alors que la tête de Méduse sur son bouclier illustre la couverture...  Un oubli, une invisibilité, ou une peur de pétrification encore...
Répondre
E
<br /> Probablement.<br /> <br /> <br />